Forum Basé sur La Nuit au Musée
 

Partagez | .
 

 leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♛ AU MUSEE DEPUIS LE : 09/03/2015
♛ BLAHBLAH : 81
♛ PSEUDO : lolise.

Leksa R. Leifdottir

Message(#) Sujet: leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe. Ven 1 Mai - 18:03



leksa rikke leifsottir
prénommée leksa rikke à sa naissance  ✻ née le huit juin au cour de l'année cent quatre-vingt-quinze, dans un petit village en islande ✻ âgée de mille vingt ans, mais seulement vingt-et-un ans en apparence ✻ célibataire mais ne cesse de penser à lui ✻ est la première née de la première branche de la famille de leif erikson ✻ a un petit frère, de quatre ans son cadet ✻ est une statue de cire exposée dans la salle du continent européen ✻ texte  ✻ texte  ✻ texte  ✻ texte  ✻ texte  ✻
Liens à ajouter +
- la famille viking.
- andreï.
texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte ✻ texte.
liens recherchés
(f)/(m) famille.
(m) love. PRIS
(f) meilleure amie.
(m) meilleur ami.
(f) soeur de coeur.
(m) frère de coeur.
(f)/(m) amis.
(f)/(m) ennemis.
(f)/(m) connaissance.
fiche de night sky. / avatar de dark dreams./ gif de tumblr


Dernière édition par Leksa R. Leifdottir le Ven 1 Mai - 19:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♛ AU MUSEE DEPUIS LE : 09/03/2015
♛ BLAHBLAH : 81
♛ PSEUDO : lolise.

Leksa R. Leifdottir

Message(#) Sujet: Re: leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe. Ven 1 Mai - 18:04




leif erikson
père détesté
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar gentel heart.
freya rurikdottir
mère adorée
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar hollow bastion.

prénom leifson
petit-frère chéri
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar primbird.
prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar primbird.


code:
 


Dernière édition par Leksa R. Leifdottir le Ven 1 Mai - 18:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♛ AU MUSEE DEPUIS LE : 09/03/2015
♛ BLAHBLAH : 81
♛ PSEUDO : lolise.

Leksa R. Leifdottir

Message(#) Sujet: Re: leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe. Ven 1 Mai - 18:04




prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar primbird.
prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar primbird.

prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar primbird.
prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar primbird.


code:
 


Dernière édition par Leksa R. Leifdottir le Ven 1 Mai - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♛ AU MUSEE DEPUIS LE : 09/03/2015
♛ BLAHBLAH : 81
♛ PSEUDO : lolise.

Leksa R. Leifdottir

Message(#) Sujet: Re: leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe. Ven 1 Mai - 18:04




andreï dostoïevski
seul et unique amour
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar scarlett glasses.
alan turing
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar sweetie plum.

prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar primbird.
prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar primbird.


code:
 


Dernière édition par Leksa R. Leifdottir le Dim 3 Mai - 11:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♛ AU MUSEE DEPUIS LE : 09/03/2015
♛ BLAHBLAH : 81
♛ PSEUDO : lolise.

Leksa R. Leifdottir

Message(#) Sujet: Re: leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe. Ven 1 Mai - 18:04

à vous ! 49
Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♛ AU MUSEE DEPUIS LE : 20/04/2015
♛ BLAHBLAH : 46
♛ PSEUDO : Myfanwi

Alan M. Turing

Message(#) Sujet: Re: leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe. Ven 1 Mai - 18:48

Je veux un lien *w*
Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♛ AU MUSEE DEPUIS LE : 09/03/2015
♛ BLAHBLAH : 81
♛ PSEUDO : lolise.

Leksa R. Leifdottir

Message(#) Sujet: Re: leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe. Ven 1 Mai - 19:07

Aah, avec grand plaisir ! Une idée déjà en tête ? 22
Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♛ AU MUSEE DEPUIS LE : 20/04/2015
♛ BLAHBLAH : 46
♛ PSEUDO : Myfanwi

Alan M. Turing

Message(#) Sujet: Re: leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe. Ven 1 Mai - 19:17

Pas vraiment, mais on va bien trouver. Plutôt positif ou négatif ?
Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♛ AU MUSEE DEPUIS LE : 09/03/2015
♛ BLAHBLAH : 81
♛ PSEUDO : lolise.

Leksa R. Leifdottir

Message(#) Sujet: Re: leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe. Ven 1 Mai - 19:40

Hum, c'est une très bonne question XD je dirais peut-être positif ? 75
Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♛ AU MUSEE DEPUIS LE : 20/04/2015
♛ BLAHBLAH : 46
♛ PSEUDO : Myfanwi

Alan M. Turing

Message(#) Sujet: Re: leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe. Ven 1 Mai - 19:43

Okay... On peut dire qu'Alan s'est baladé un moment dans ta pièce et que, en bon curieux, il s'est mis à zieuter ce qui se trouvait, et c'est comme ça qu'il t'a rencontré ^^
Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♛ AU MUSEE DEPUIS LE : 09/03/2015
♛ BLAHBLAH : 81
♛ PSEUDO : lolise.

Leksa R. Leifdottir

Message(#) Sujet: Re: leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe. Ven 1 Mai - 19:49

Oui, bonne idée ! Et comme Leksa est de nature très curieuse, elle aurait pu directement venir voir Alan et commencer à lui parler ? :)
Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♛ AU MUSEE DEPUIS LE : 20/04/2015
♛ BLAHBLAH : 46
♛ PSEUDO : Myfanwi

Alan M. Turing

Message(#) Sujet: Re: leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe. Ven 1 Mai - 21:36

Ouaip, on fait ça ^^
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe.

Revenir en haut Aller en bas

leksa ⊹ hold me tight, don't let me breathe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Sleep Tight et Sleepy Head
» Bouton 1 (hold)
» texas hold'em poker 3
» Tight-Rope
» Hold the oak line par Frédérick Jeanne
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

♛ night at the museum :: liens

-